Le Carnet de Maurine - Une aventure guidée par la curiosité...

21 août 2016

Champandango #challengeLireManger

Champandango #challengeLireManger
Pedro et John tenaient une conversation enflammée sur la situation politique. L'un et l'autre semblaient avoir oublié les règles les plus élémentaires de la courtoisie : dans une réunion mondaine, on n'aborde pas ce genre de sujets. 
Chocolat Amer, Laura Esquivel, p.162


Ce mois-ci, on part pour la découverte du Champandango, beaucoup plus facile à écrire qu'à prononcer. Champandango, ce pourrait être un mot magique, un nom de code du type de 'superfragilix', annonçant de multiples plaisirs à venir...

Bon , alors, on mange quoi ?

"Le champandongo est un plat d'une saveur si raffinée qu'aucun accès de colère n'est à même d'en altérer le goût." Le Champandango cela pourrait être assimilable à des lasagnes à la mexicaine... délicieux mélange de viande de bœuf et de porc, sur lit de tortillas et saupoudré de 'manchego'... miam !

Champandango 
Ingrédients
- 1/4 de viande de boeuf hachée
- 1/4 de viande de porc hâchée
- 1/4 de crème
- 1/4 de fromage "manchego"
- 1/4 de mole
- 200 g de noix
- 200 g d'amandes
- 1 oignon
- 1 acitrón (cédrat confit ou biznaga confite)
- 2 tomates
- Cumin
- Bouillon de poule
- Tortillas de maïs
- Huile
- Sucre 
Hachez l'oignon menu et mettez-le à frire avec la viande dans un peu d'huile. En cours de cuisson, ajoutez le cumin moulu et une cuillerée de sucre.
Quand la viande commence à dorer, ajoutez les tomates hachées, l'acitrón, les noix et les amandes coupées en petits morceaux. 
Lorsque la viande est cuite et que la sauce à réduit, faites frire les tortillas dans l'huile, mais pas trop pour éviter qu'elles durcissent. Ensuite, dans un plat allant au four, étalez d'abord une couche de crème, afin que ça n'attache pas, puis une couche de tortillas, une couche de hachis, et enfin le mole recouvert de fromage en tranches et la crème. Répétez l'opération autant de fois que nécessaire pour remplir le moule. Mettez au four jusqu'à ce que le fromage ait fondu et que les tortillas se soient ramollies. Servez accompagné de riz et de frijoles (gros haricot noir).

Mais c'est sans compter le magnifique été...

...que nous vivons à Genève en ce moment. Un magnifique soleil, des chaleurs juste comme il faut, un lac clair... bref, c'est l'été de rêve ! Impossible donc d'imaginer manger un plat aussi consistant.

Avant de vous rentrer dans les détails de notre version, je vous propose une petite sélection des recettes les plus fidèles que j'ai pu trouver sur les internets :


Et encore une autre version, à lire cette fois-ci, en anglais et très bien expliquée.



Et nous ?

On a décidé d'en faire des 'wraps' à emmener dans nos petits casse-croûte du midi. Pas de cuisson au four donc, mais réalisation d'une farce divine agrémentée de zestes de citron en lieu et place de l'acitrón. J'ai l'impression de dire la même chose à chaque fois mais j'étais sincèrement très dubitative au moment d'incorporer les zestes de citron dans la farce... et encore une fois, c'était HYPER BON,


Tadaaaa ! :)

A suivre

Bon, et à suivre : Chocolat et couronne des rois.... Je vais faire appel à ma pâtissière préférée je crois ;)



PS2 : on a dépassé les 50'000 pages vues sur le blog, dingue non ?

12 août 2016

L'embauchoir, quel pied !

L'embauchoir, quel pied ! 
L'objet magique du jour se nomme "embauchoir". Il ne résoudra pas nos problèmes sociétaux avec cette courbe du chômage qui ne cesse de grimper, quoique... un homme sachant bien marcher a peut-être plus de chance d'être un homme engagé non ? ;)

Trêve de plaisanterie, l'embauchoir, c'est le meilleur pote de mes petons. Pas une chaussure ne rentre en contact avec ma peau sans être passée tout d'abord par la case embauchoir. Un peu comme Cléopâtre et ses gouteurs... le lien est fait, appelez moi Cléopâtre !

Rentrons dans les aspects techniques. Concentration.

Un embauchoir pour quoi faire ?

Pour dire (presque) adieux aux ampoules. Former la chaussure, c'est le rôle de l'embauchoir, pas de la peau de vos pieds. Et toc !

Je m'en sers comment ?

A chaque nouvelle paire, le même rituel. Sorties de leur écrin, les chaussures font immédiatement la rencontre avec l'embauchoir. En général ça se passe bien, il faut compter au moins une journée et une nuit pour que la rencontre soit concluante. Je porte ensuite les chaussures pour des petites courses et hop retour dans l'embauchoir. On peut répéter cette dernière étape autant de fois que nécessaire, c'est-à-dire, jusqu'à ce que vos chaussures ne fassent plus mal. Tellement bien !

J'ai besoin de combien d'embauchoirs, une paire par paire de chaussure du coup ?

Non, pas du tout. Juste d'une paire pour toutes vos chaussures, c'est largement suffisant. Et ça dure une vie si vous en achetez de bonne qualité.

C'est quoi de bons embauchoirs ?


  1. C'est idéalement des embauchoirs en cèdre (absorbe l'humidité et les mauvaises odeurs) mais bon les miens sont en bois verni et c'est très bien aussi. Donc je récapitule, ils doivent être en bois.
  2. Hyper important : c'est un embauchoir avec une articulation centrale. Pour pouvoir se glisser dans les chaussures à talons notamment.
  3. Idéalement, il sont munis de deux ressorts. Un fonctionnant sur la longueur (pour pouvoir le rentrer plus facilement et avoir la fonction assouplissement de la chaussure) ainsi qu'un autre fonctionnant sur la largeur de la pointe du pied (surtout si vous avez les pieds larges).

On les prend en quelle taille ?

Si c'est juste pour maintenir la forme, ce qui sauf erreur est la fonction première d'un embauchoir, La même taille que votre pied. Mais cela ne permettra pas vraiment d'assouplir vos chaussures.
Sinon, une taille au-dessus de votre pointure, surtout pas plus sinon vous déformerez votre chaussure et ce n'est pas du tout le but.

L'embauchoir, quel pied !


Et en prime, une photo des miens que j'ai renforcé avec un peu de scotch là où j'avais souvent des ampoules (notez l'utilisation du passé... joie !) et qui appartenaient à ma grand-mère... tout de même !



PS : J'ai adoré aussi le cintre en bois qui fait passer ton dressing en mode Cléopâtre ainsi que le tourniquet qui révolutionne tes placards de cuisine... Oui, je suis comme ça moi ;)

1 août 2016

Peut-on parler de tout ? Et en rire ?



Alors là, mes amis, c'est du lourd !

Je suis d'humeur taquine alors je vous propose un petit jeu : regardez cette vidéo et essayez de deviner ce que cette publicité promeut. Un indice : il va vous falloir sortir des champs balisés. Prêts ? Go !



Ha ! Alors ? Génial, non ?

Un discours positif, original, plein d'humour et en même temps qui fait passer le message hyper efficacement. Travaillant dans la communication, je ne peux qu'admirer le tour de force. J'adore en plus le fait de n'avoir fait tourner que des personnes autrement capable*, joli pied de nez fait à l'industrie du cinéma qui régulièrement demande à des acteurs normo-valides de jouer le rôle de personnes autrement capable !

Je profite de cette excellente vidéo pour élargir le sujet au difficile cas de l'éco-conscience qui me travaille pas mal en ce moment. Autrement dit, comment parler de la nécessité de prendre soin de notre planète de telle sorte que le changement se produise chez le plus grand nombre ? C'est  notamment la question posée dans cette vidéo qui se demande pourquoi l'on parle bien davantage des jambes de Taylor Swift que du réchauffement climatique ? Outre l'aspect provoquant de la question, je pense qu'effectivement (et tristement) (et en même temps, comment ne pas utiliser un ton alarmant au vue de la situation ?), nous n'abordons le sujet du réchauffement climatique qu'à travers l'angle du catastrophisme, de la culpabilisation et du sermon. Quels sont les bénéfices à adopter une démarche éco-consciente ? Comment "avoir du fun" avec ce sujet ? Je suis convaincue que l'apprentissage et le changement (l'éducation aussi) passent par le plaisir, le rire, la joie, le positif... et donc très très loin de la peur et de la punition... à méditer.

Yes we can-can. Et pour sûr, je vais regarder les JO paralympiques cette année !


* J'esaie de porter une attention toute particulière au choix des mots, ceci dit j'éprouve beaucoup de difficultés à déterminer à partir de quel moment un mot est connoté. Voici un très bref texte sur le terme "handicap". Très intéressant.

Corriere del Ticino - Suisse | mercredi, 29. août 2012
Le difficile terme "handicapé"

Avant l'ouverture des 14e Jeux paralympiques ce mercredi à Londres, le président du comité international paralympique Philip Craven a appelé les médias à ne pas utiliser le mot 'handicapé' dans leurs comptes rendus. Une initiative louable qui repose toutefois sur un malentendu linguistique, estime le quotidien libéral Corriere del Ticino : "Il y a des mots qui expriment le mépris. Ils doivent être bannis du vocabulaire et évités. Quand bien même le terme 'handicapé' évoque une condition défavorable, il n'en fait pas partie. Il faut se demander s'il existe un mot non connoté négativement pour exprimer le handicap. … 'Personne autrement capable', ce terme est l'un des chefs-d'œuvre du politiquement correct linguistique. Car il comporte au fond une double discrimination. Et il qualifie également les handicapés différemment dans leurs capacités. .. Croit-on vraiment qu'on leur rend un service ? Le problème n'est pas lié aux dictionnaires. Il est impossible de ne pas qualifier les handicapés de non-handicapés."

PS : Il vous faut absolument revoir Maysoon Zahid, à pleurer de rire et ma ultime atout contre l'auto-complaisance ainsi que ce pur moment de grâce chorégraphié. Aaah, y a pas de mal à se faire du bien !

PS 2 : On se posait déjà la question de "comment faire passer un message" par ici. Il semblerait qu'un semblant de réponse s'ébauche... ha ! chouette !

PS3 : Pour avoir des petites biographies de chacun des sportifs anglais, c'est par ici !