Les émotions dansées

Les émotions dansées

"[...] j'étais capable de voler. Je peux bondir dans les airs, puis flotter là un instant, avant de me poser doucement sur la scène - en atteignant cette grâce et cet envol de la danseuse de ballet qu'en anglais on appelle d'un terme français un peu oublié, le ballon."  
Une vie en mouvement, Misty Copeland


Je suis toujours impressionnée par la capacité qu'a la danse à transmettre de l'émotion. Et ce n'est pas comme s'il s'agissait de n'importe quelle émotion, non, c'est précisément celle qui se trouve en moi et dont moi-même j'ignore parfois la présence. Dans la danse, il y a quelque chose de l'ordre de l'hypnose, du temps suspendu tout au long de l'exécution du geste, du pincement que procure la fin de celui-ci, du soulagement de plonger dans la vibration du suivant, du serrement de cœur face aux rebondissements de l'histoire... c'est y être jusqu'au bout des doigts, jusqu'aux dernières palpitations de cœur... de mon cœur, enfin... du leur... oui c'est cela, du nôtre.

Le cheminement d'une éclosion, l'effort que représente la métamorphose, la douce lumière de la fin de l'hiver. Si j'étais un bulbe enfoui dans la terre, je voudrais être Beatriz Kuperus.


Le charme de l'espièglerie teintée d'audace.... si j'étais un flirt, j'aimerais être Sumina Sasaki.


Je n'ai de cesse d'admirer toute la beauté du Geste de Mackenzie Brown. D'onde à éclair, quelle exé(lectro)cution ! Si j'étais la corde d'un instrument de musique, j'aimerais vibrer tout exactement comme ça.


Je suis incapable de lire une histoire dans ce mouvement tant la beauté sculpturale de ce corps me saisit. Quelle harmonie !



Je souhaiterais profiter de cet article pour vous parler de Misty Copeland, la première danseuse étoile noire. C'était en août 2015 et cette nouvelle faisait l'effet d'une bombe dans les couloirs feutrés du monde de la danse. Un très bel article à lire ici. Et une magnifique vidéo de Misty alors âgée de 15 ans (elle a découvert la danse classique 2 ans plus tôt...).


Et vous, ce début d'année ? Avez-vous déjà découvert des pépites ? C'est tout le mal que je vous souhaite !


PS : Les éditions précédentes du Prix de Lausanne : le frisson dans(t)esque et les délices du spleen.

Aucun commentaire:

Le Carnet de Maurine, c est un blog suisse qui se veut comme un carnet de réflexions que l on pourrait ouvrir à n importe quelle page : un sujet en menant tout naturellement à un autre. Une aventure guidée par la curiosité... A l abordage !

Le Carnet de Maurine © 2014-2016. Fourni par Blogger.